Index  Forum  Livre d'or  Nous   Se connecter  
     
654338 visiteurs
1 connecté
 
 
     
    Index > Liste des articles > PC Engine > Photograph Boy
 

 
 
Informations
Editeur Irem Corp.
Développeur Irem Corp.
Année 1992
Genre Sadistic Camera Game

 
 
 
 

Retour à l'index

Un jeu au hasard :
Tetris
Tetris
(Game Boy)


Articles
 -par support
 -par auteur
 -par année

Dossiers
 
 
 
 

Cette année là...
Jeux Flash
 
 
 
 

Forum
Nous
Livre d'or
Liens

Old School Gamers
Retrogaming80
Les gouttes ophtalmiques ou collyres sont un médicament liquide qu'on applique sur la conjonctive de l'œil
Guardiana, le monde Mega Drive
Une autre vision des RPG
1Up, le site de Sanjuro
Bédéthèque de la Team Pythagore
 
 
 
 


Pour accéder aux Radios, cliquez ici !

Par Radio.blog

 
 
Photograph Boy
Par Milcham le 13/04/2005






Un soft un peu anecdotique, mais c'est souvent dans ces conditions-là qu'on trouve les plus belles perles. Photograph Boy (aka Gekisha Boy) est donc un jeu moche et court de 1992 qui fait office de septième et dernier titre de la gamme d'Irem en HuCard sur PC Engine. Un jeu moche et court, et dont le nom ne donne pas franchement envie. Simplement, cet extravagant PhoBoy (allez, soyons fous) est plus qu'il n'y paraît.


Les Japonais et les appareils-photos
Plus qu'il n'y paraît, déjà parce qu'il ne vous offre pas de splendides paysages dans le but de satisfaire votre affection pour la photo. Non, c'est - effectivement - moche, mais c'est dans un style manga flashy intégral ; et c'est surtout totalement tordu. Vous incarnez un jeune loser avec un sourire de poire et un pif proéminent, qui n'a plus grand chose d'autre dans la vie que la pression exercée par les seins des jeunes filles contre sa face de muge dans le métro bondé, et - on y vient... - la photographie. Et ce sont les exigences d'un prof aimable comme un varan qu'il va devoir satisfaire, en lui livrant son quota de scoops au travers des 8 stages classiques du jeu. Principe posé. Un neuvième stage bonus contre ce prof fait office de stage final.


Le muge : un air de ressemblance




Le point commun entre Mickael Jackson (ici encore noir) et le vieil exhibitionniste dans le coquillage ? ...



Le guide du parfait photographe
Le gameplay a ceci d'intéressant que vous dirigez à la fois PhoBoy et le viseur de son appareil. Ce qui ne nous facilite pas la tâche, c'est que le viseur est plus rapide que le type. Tout ceci n'aurait rien de gênant si PhoBoy n'avait pas d'obstacles sur son chemin ; mais entre les pieuvres, les vases et les skate-boards errants, on est assez désorienté au début.

Un bouton sert à sauter, l'autre à photographier. Les obstacles sus-cités peuvent être bêtement évités, ou éradiqués de la surface du globe si vous avez la présence d'esprit de les photographier. Or, ce que je ne vous apprends pas, c'est qu'un appareil-photo bouffe pas mal de pellicules. Or donc, vous aurez parfois tout intérêt à les économiser si un skate-board en furie fonce sur vous, parce que ces clichés-ci comptent pour du beurre. Allez expliquer à l'administration que les skate-boards sont la cause de votre incompétence, vous. Gardez simplement en tête que si vous vous faites toucher par quoi que ce soit de néfaste, vous perdez quelques précieuses pellicules, et elles ne sont pas toujours généreusement distribuées.

Ce n'est donc premièrement pas très évident de garder son attention ET sur les éléments qui se déchaînent sur vous, ET sur l'environnement. Car justement, vous devrez surveiller chaque coin de l'écran, un scoop pouvant survenir n'importe où et de n'importe quoi - pour généralement pas plus de 2 secondes. Ca va du vieil exhibitionniste dégueulasse et récidiviste aux aliens, en passant par Spiderman ou le gamin en bicyclette d'E.T devant la lune. C'est con, tordu, bourré de références et terriblement cruel : vous n'avez plus qu'à espérer qu'il arrive les pires crasses à chaque individu qui croise votre chemin.


Les décors sont plutôt variés, et regorgent de conneries en tous genres.



Chaque bon cliché vous gratifie d'un certain nombre de points et y ajoute souvent des bonus. Ceux-ci vont de précieuses pellicules à des upgrades de vitesse ou de taille du viseur. Votre senseï intransigeant vous fixe un quota de points à remplir pour débloquer le stage suivant. A partir de là, c'est "je saute, je flashe, je flashe, je saute". A terme, il va s'agir de mémoriser les séquences par coeur, les niveaux ne changeant pas d'une fois sur l'autre. Autre point intéressant : il vous faudra parfois flasher quelque chose d'anodin pour déclencher un évènement. Par exemple, en flashant les fenêtres du second stage, vous les ouvrirez, pouvant ainsi surprendre quelque donzelle se déshabillant. Le jeu regorge de petites subtilités de ce genre. Les précieux dixièmes de secondes de répit offerts pour un cliché pris risquent de devenir essentiels pour vous aider à anticiper un minimum. PhoBoy est bel et bien un jeu d'action ; et avec un univers vraiment fun, en prime.



Gare à l'ire professorale.



Délit de sale gueule
Un univers fun mais laid. Pour un titre sorti tout de même en 1992, Irem n'a pas dû beaucoup se décarcasser. D'un autre côté, dieu sait si on s'en bat. Un soft comique n'a pas besoin de jolis dégradés ; les tons flashy nauséeux font bien ressortir les éléments et participent souvent au comique - c'est tout ce que l'on peut exiger de ce genre d'expérience. On pourrait aussi lui reprocher une durée de vie plutôt moyenne, mais PhoBoy n'est pas si évident, et puis si vous appréciez le jeu, nul doute que vous chercherez de temps en temps à battre vos propres records. Si les niveaux avaient été générés aléatoirement, la durée de vie s'en serait vue décuplée ; et pourtant, je ne suis pas sûr que le jeu y aurait gagné. Dans tous les cas, Photograph Boy est un peu une blague. Amusant, original, c'est un bon petit jeu auquel je joue en émul' depuis des années. En espérant récupérer la vraie Hu-card, un de ces jours, dont la cote est beaucoup trop élevée. Moi, c'est ce genre de soft con qui me fait flasher.

A noter qu'une suite est sortie sur PS2. Je n'ai pas trouvé de réelle précision au sujet de ce "Gekisha Boy 2 ~ Tokudane Taikoku Nippon" - ou Gekibo 2.








Voir aussi : un test américain réellement excellent.


   Sidney vous parle :

"Les jeux, vous le savez, c'est ma grande passion. Cet article vous a plu ?
MOI NON PLUS ! Alors venez en parler sur le forum avec nous."
"Réagissez à cet article - Voir les réactions"
 
 
           OuarpZone© 2005 - Milcham & DigDug