Index  Forum  Livre d'or  Nous   Se connecter  
     
645156 visiteurs
2 connectés
 
 
     
    Index > Liste des articles > PC > You don't know Jack !
 

 
 
Informations
Année 1995
Genre Quizz anti-Trivial
Autres supports Playstation (NTSC/US)

 
 
 
 

Retour à l'index

Un jeu au hasard :
Epic Pinball
Epic Pinball
(PC Shareware)


Articles
 -par support
 -par auteur
 -par année

Dossiers
 
 
 
 

Cette année là...
Jeux Flash
 
 
 
 

Forum
Nous
Livre d'or
Liens

Old School Gamers
Retrogaming80
Les gouttes ophtalmiques ou collyres sont un médicament liquide qu'on applique sur la conjonctive de l'œil
Guardiana, le monde Mega Drive
Une autre vision des RPG
1Up, le site de Sanjuro
Bédéthèque de la Team Pythagore
 
 
 
 


Pour accéder aux Radios, cliquez ici !

Par Radio.blog

 
 
You don't know Jack !
Par DigDug le 28/07/2005



"Il n'y a pas que le Trivial dans la vie..."



   Il est, paraît-il, très célèbre aux States, multipliant add-ons et suites. Chez nous, il joue incognito. Vous ne connaissez pas... Jack ? Pourtant, comme il le dit lui-même, il n'y a pas que le Trivial dans la vie. Eh oui : il y a aussi JACK.



   Les quizz, c'est rigolo, familial, rarement bien poussé. Gentillet, en somme. Et ça existe aussi en jeux vidéo. Le succès de l'adaptation de Qui veut gagner des millions ? témoigne de l'intérêt que portent les gens à ce genre de productions. Parce qu'il faut bien admettre qu'on n'achète pas un jeu juste pour la moue compatissante et/ou le sourire carnassier de Jean-Pierre Foucault - quoique. Les semblants de grands esprits autoproclamés du Net (y'en a sur chaque forum, après tout) s'empressent déjà d'en déduire la beauferie, et d'embrayer sur un pamphlet contre TF1. Oui, mais c'est pas le sujet. On parle juste de quizz, là.
   You don't know Jack !, c'est pareil : on gagne un bon paquet de thunes. Virtuelles du moins. Alors pour pallier à ce sérieux manque à gagner, nous sur OuarpZone on n'a vu qu'une seule chose à faire : imprimer ceci en quantité suffisante ==>


Certes, ça date un peu. 'Faudra vous y faire. Merci qui ?


   Alors oui, le billet de 500 balles qu'on-a-tous-utilisé-mais-pas-assez, il ne sert plus à rien. D'où la nécessité de désigner un quatrième type, suisse de préférence, pour tenir les comptes et servir de banquier. Il vous les échangera contre de vrais Euros, des Dollars, des dinars ou des roubles, ce que vous voulez. Appelez-le "Monsieur Pigeon", mais n'oubliez pas le "Monsieur".

   Un quatrième type, parce que You don't know Jack ! se joue... de un à trois. Un peu plus n'aurait pas fait de mal, mais à trois sur un clavier on commence déjà à se sentir à l'étroit. On parle, on parle, mais le jeu, je ne l'ai toujours pas expliqué ? Soit. You don't know Jack, qu'on va résumer en "Jack" puisque désormais vous le connaissez, est un quizz plus ou moins irrévérencieux et (plutôt plus que moins) tordu. Chacun des joueurs se voit attribuer une touche sur le clavier, qui sera son bumper-à-pépettes pour toute la durée du jeu, soit 7 ou 21 questions, au choix. Et choisissez vite, sinon Jack le fait à votre place et vous taxe d'imbécile. Vous êtes prévenus, quoi merde.


Alors ? 7 ou 21 ?


   Et c'est parti pour le quizz, tout en français. Ou pas, remarquez, libre à vous de le trouver en anglais. J'imagine qu'il existe même en d'autres langues, mais de toute façon, tout le monde sait que les américains sont au centre du monde et les français au-dessus (Merci à nos amis belges, québecois et autres francophones de relever l'humour dans cette remarque, pourtant guère subtile.). Les questions se suivent et ne se ressemblent pas, et vous avez dix secondes pour y répondre. Si vous savez, vous bumpez, et soit vous empochez, soit vous douillez (vous ne saviez pas, ne bluffez pas avec moi). Si personne ne sait, autant s'amuser : vous pouvez "visser" un de vos adversaires (oui, visser, avec un tournevis) qui se voit alors obligé de répondre sous peine de perdre la mise. Mais s'il poutre et qu'il a la chance avec lui, VOUS payez. Bien fait pour votre gueule, lâche animal. Le vainqueur gagne le fric et choisit le thème de la prochaine question, parmi trois titres généralement stupides.


Soyez attentifs aux questions mais dépêchez-vous quand même...


   Les questions rapportent de 1000F à 6000F, selon leur difficulté. Le souci n'est pas autant de connaître les réponses que de comprendre les questions . Oui, c'est déjanté. Au début, on ne pane que dalle. Il faut être vif et alambiqué d'esprit pour l'emporter. Enfin davantage que vos adversaires, ce qui n'est pas toujours très dur... : D
Un exemple de question :


Quoique certains aimeraient trouver un chien intelligent pour les aider à réfléchir...


   Voilà. En fait, fondamentalement, c'est pas si drôle. Oui, en mode texte. Or, c'est la voix OFF qui fait tout le boulot. A la manière d'un show-man américain qui enfile vannes sur parodies et jeux de mots sur rimes douteuses, Jack tente de vous poser une colle et se moque allègrement de vous et de votre descendance sur six générations à chaque mauvaise réponse. Et pas la peine de jouer la carte de la prudence : il peut très bien décider de ne poser la question qu'à vous, si vous ne vous bougez pas. De même, ne bumpez pas avant qu'il ait fini sa question, ou il vous humilie et bye bye le fric. Remarquez, si vous gérez bien votre partie en mode solo, il est capable de vous accuser de tricherie pour en déduire que de toute façon, le meilleur, c'est lui, c'est Jack. Z'êtes mal barrés...

   Un dernier point qui n'est pas l'un des moindres : un quizz, c'est sympa mais rapidement chiant. Du coup, les concepteurs ont incorporé quelques mini-jeux. Le Couci-couça, par exemple, demande au joueur de classer les mots qui apparaissent à l'écran. Un exemple ? "Une queue de lézard", "ça pousse" ou "ça repousse pas" ? Et "des dents de rate" au fait ?

La Rimatologie est passablement plus dure, mais excellente. Une phrase s'affiche qui, généralement, ne veut pas dire grand chose. Mais marchez aux consonances : si vous ne prononcez que les voyelles, vous devez pouvoir en déduire une phrase célèbre ou fréquente, indices à l'appui. Pour l'exemple, "Rimatologie", c'est la rimatologie de "Qui boit trop vomit" (I-A-O-O-I). C'est pas moi qui le dis.


Il va trop au lit !


Le Jack Attack final, enfin, vous demande de bumper dès que les mots qui s'affichent tour à tour correspondent à celui au centre. "Pot...-au-feu" ou "Le flic de... Beverly Hills", entre autres.


Toutes les bonnes choses ont une fin...



   Alors évidemment, on en fait assez rapidement le tour si l'on s'acharne, je suppose. D'autant que tout seul, l'intérêt frôle le zéro. Mais si vous voulez voir tout votre entourage s'agglutiner près d'un ordi qui leur vomit son fiel, alors essayez-le. Après tout, ce n'est pas le genre de jeu que l'on lance très régulièrement - et de temps en temps, c'est le délire assuré. Qui plus est, l'humour ne fait pas dans le lourd, juste dans le loufoque. Ca se rapproche davantage de -feu- Burger Quizz (CANAL +) que du jeu-de-Jean-Pierre sur la Une, sauf que l'on y apprend davantage de trucs.

   A la limite, c'est à peine un jeu vidéo, mais ce n'est pas une raison pour s'en priver. Même si, sans connaître, ça s'annonce bête et inutile. Si vous tenez vraiment à votre temps, n'allez pas voir Jack. Il peut avaler plusieurs demi-heures, et détruire quelques neurones au passage. C'est pas toujours évident de revenir au Trivial Pursuit, après.






   Sidney vous parle :

"Les jeux, vous le savez, c'est ma grande passion. Cet article vous a plu ?
MOI NON PLUS ! Alors venez en parler sur le forum avec nous."
"Réagissez à cet article - Voir les réactions"
 
 
           OuarpZone© 2005 - Milcham & DigDug